• Pourquoi nous aimons ?
Pourquoi nous aimons ?

Pourquoi nous aimons ?

L'amour n'est pas le fruit des émotions, mais un simple besoin physiologique, comme la faim ou le sommeil... Voilà ce qu 'affirme l'anthropologue américaine Helen Fisher. La scientifique a examiné, grâce à la technique d'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, plus de deux mille cinq cents images de cerveaux de personnes amoureuses ou vivant une rupture amoureuse. Conclusion : c'est une zone proche de l'aire du système de récompense qui s'active dans les deux cas et non l'aire associée aux émotions ou à la beauté physique. Alors, comment sommes-nous devenus "romantiques" ? Cela a commencé très tard : seulement quatre mille ans avant notre ère. C'est l'âge que l'on donne à la première lettre d'amour, retrouvée sur un morceau d'argile. Que s'est-il passé ? L'homme s'est mis à cuire sa viande, et il a pu consacrer l'énergie auparavant nécessaire à la digestion à d'autres activités... La dépendance des enfants d'autre part a contraint le couple à se maintenir dans la durée... et l'homme a changé. Il a appris à vivre, parallèlement et séparément à la fois, amour, attachement, désir, séparation, jalousie et dépression. Que se passe-t-il donc dans le cerveau des amoureux transis ? Pourquoi un circuit neurologique s'est-il formé au cours de l'évolution entre amour et haine ? D'où vient la sensation de fusion avec l'autre ? Pourquoi la dépression consécutive à une rupture a-t-elle été sélectionnée et maintenue dans notre développement ? Dans ce livre scientifique nourri de références littéraires et de poésie, anthropologie et neurologie s'allient pour nous aider à mieux cerner ce que nous considérons encore comme de " beaux " sentiments, et à réconcilier passion et raison. Enfin presque. Car dans notre cerveau de grandes zones d'ombre restent encore à examiner à la loupe... et une part de mystère subsiste, heureusement. Pour combien de temps ? Voir la suite

  • 2221105184

  • Robert Laffont

  • Reponses

  • Reponses