• Paris-Strasbourg, de la Compagnie de l'est au TGV
Paris-Strasbourg, de la Compagnie de l'est au TGV

Paris-Strasbourg, de la Compagnie de l'est au TGV

Jean-Pierre Rigouard est un cartophile infatigable. Passionné par l'histoire du chemin de fer français, il ne pouvait pa s manquer l'événement ferroviaire de 2007 : l'ouverture de la ligne à grande vitesse entre Paris et Strasbourg. L'auteur dresse un panorama à la fois historique et technique du parcours, des gares et des machines. Enjeu stratégique et théâtre des conflits entre la France et l'Allemagne de 1870 à 1945, aucune autre grande ligne n'a connu une histoire aussi singulière et trop souvent dramatique. Au départ de la gare de l'Est, nous liions au rythme de la vapeur vers la Marne, les terres de Champagne, de Lorraine et d'Alsace. Peut-être aurez-vous la chance d'apercevoir au passage les fameuses et inoubliables locomotives Mountain de la Compagnie de l'Est... Extrait du livre : Tout commença avec la création de la Compagnie de Strasbourg à Bâle qui fit suite à une autorisation donnée par une ordonnance royale du 14 mai 1838. Cette compagnie exploitait la ligne construite par l'ingénieur Nicolas Koechlin, ouverte le 1er septembre 1841- Le terminus, mis en service dès août 1841, se situait dans le quartier Koenigshoffen, au pied des remparts strasbourgeois qui ceinturaient alors la ville. Puis une nouvelle ordonnance royale autorisa la création de la Compagnie du Paris-Strasbourg, le 17 décembre 1845. La nouvelle compagnie reçut la concession de la ligne pour une durée de 44 ans. Elle était constituée de trente-deux administrateurs et son capital était de 125 millions de francs. L'Etat se chargea des travaux d'infrastructure de la ligne. En 1846, les militaires et leurs stratèges tout-puissants à cette époque autorisèrent la ligne de Bâle à pénétrer à l'intérieur de la cité strasbourgeoise, grâce à un tunnel sous les remparts. Un nouveau terminus y fut édifié, provisoirement en bois, et mis en service le 11 juillet 1846, servant également aux lignes de Paris et Wissembourg. Il resta en fonction jusqu'au 15 septembre 1852. En raison des acquisitions foncières, les finances de la Compagnie du Paris-Strasbourg se trouvèrent rapidement au plus bas et il était urgent de trouver des capitaux et des partenaires. Aussi, après de nombreuses discussions, le rapprochement entre les deux compagnies fut envisagé et finalisé par la cession du 28 décembre 1853. Cela entraîna un changement des raisons sociales et, à compter du 21 janvier 1854, l'ensemble devint la Compagnie des chemins de fer de l'Est. Le gouvernement autorisa la fusion définitive le 20 avril 1854- La nouvelle gare strasbourgeoise, dont les travaux avaient été entrepris dès 1845, fut mise en service en septembre 1852 mais totalement terminée en 1854, soit 2 ans après l'inauguration officielle du 18 juillet 1852 de la ligne Paris- Strasbourg. Voir la suite

  • 2849105503

  • Nouvelles Editions Sutton

  • Memoire En Images