• Les adieux à la reine
Les adieux à la reine

Les adieux à la reine

Un silence consterné, quelques apartés, des ordres donnés, des seigneurs qui se déguisent en domestiques, et ces voiture s au galop sur les chemins. Il n'y avait pas de lune en cette nuit du 16 juillet 1789, et lorsque je me suis retournée sur Versailles, le château, caché par la forêt encore plus sombre que le ciel, avait disparu. Je voudrais raconter cette désertion. [.] J'accueillerai tout ce qui me reviendra à la mémoire, ces fragments d'un monde naufragé que je n'aurai pas le cour de tuer, d'une rature, une seconde fois. Je ne cesse de prendre et reprendre en esprit les mêmes faits, de les métamorphoser au gré de mes songeries, tandis que d'autres, peut-être plus essentiels, se sont effacés. J'ai cette excuse : je parle d'il y a longtemps - d'un temps qui ne conduisait à rien et surtout pas à ce sinistre XIX e siècle, dont, par simplisme numérique et leurre rétrospectif, on le réduit à n'être que l'antichambre. Voir la suite

  • 2757825828

  • Points

  • Points, numéro 1128