• Pouvoir et violence sexiste
Pouvoir et violence sexiste

Pouvoir et violence sexiste

L'une des plus importantes penseuses féministes du Québec, Louky Bersianik, auteure de L'Euguélionne (1976), a choisi po ur nous des extraits tirés de ses principaux ouvrages de fiction et essais. Une oeuvre «encrée» dans la réalité qui dénonce avec audace, poésie et humour les différentes facettes de la domination masculine sur les femmes. C'est par son analyse minutieuse et la transgression constante du langage sexiste que cette écrivaine restera dans l'histoire de la littérature, non seulement québécoise mais universelle, parce qu'elle fut la première à proposer dans L'Euguélionne, la féminisation du langage et à remettre ainsi en question un système symbolique fondé sur la péjoration et l'occultation du féminin. «J'écris pour une archéologie du futur, pour que la mémoire du futur s'inscrive dans le présent de façon à ce que ce présent devienne une chose ancienne et dépassée. Extrait du livre : Je travaille sur la feinte et l'ambiguïté des choses actuelles qui deviendront vétustés, pour que naisse une science fictive des monuments antiques de l'avenir. J'écris pour une archéologie du futur, pour que la mémoire du futur s'inscrive dans le présent de façon à ce que ce présent devienne une chose ancienne et dépassée. Rendre visible la coïncidence des termes ambi­gus de la racine du mot archéologie : le commen­cement (l'ancien) et le commandement. Comme l'archaïque et le hiérarchique. Comme deux topiques mortifères de la même séquence patriarcale. Rompre cette séquence et glisser dans la fissure le commencement (le nouveau) d'un monde viable. Permettre aux créatures marmoréennes de Phidias de se couvrir de chair et de sang. Transformer le motus du marbre en mot et cette statue en sujet femme. Géante, terriblement vivante. Voir la suite

  • 2923456076

  • Sisyphe