• Le savant, le politique et la mondialisation
Le savant, le politique et la mondialisation

Le savant, le politique et la mondialisation

LA PRESENTATION DE L'EDITEUR : Le travail de construction et de légitimation d'une opinion libérale est un élément essen tiel du phénomène appelé «mondialisation». Sans cette mobilisation intellectuelle très large, la mondialisation des marchés n'aurait jamais pu acquérir l'apparence de force naturelle et irréversible qu'elle possède aujourd'hui. Les économistes et les dirigeants politiques ont eu dans ce processus un rôle décisif, favorisé et amplifié par les journalistes dominants. Ils ont construit un système cohérent, à la fois théorique et pratique, qui fonctionne simultanément comme une philosophie de l'histoire, un principe universel d'interprétation du monde et un ensemble de préceptes pour l'action. Le principal succès de ce travail de construction et de légitimation est d'avoir largement imposé le sentiment d'inéluctabilité des dynamiques économiques, malgré leurs échecs de plus en plus patents et leurs conséquences sociales désastreuses. Pourtant, l'adhésion aux politiques néolibérales n'est pas aussi massive que l'on pourrait penser, mais, dans un contexte de crise, l'essentiel n'est pas de prouver leurs bienfaits aux citoyens, mais plutôt de convaincre ceux-ci de l'absence de toute alternative. Frédéric Lebaron est agrégé de sciences sociales, maître de conférences à l'université de Picardie Jules-Verne (Amiens) et chercheur au Centre de sociologie européenne (CNRS-EHESS) depuis 1997. Il enseigne la méthodologie des sciences sociales, la sociologie économique et la sociologie des sciences. Il a publié : en collaboration Le «décembre» des intellectuels français (Paris, Liber-Raisons d'Agir, 1998) ; La Croyance économique. Les économistes entre science et politique (Paris, Seuil, 2000). Il est également président de l'association Raisons d'Agir et membre correspondant du conseil scientifique d'ATTAC. Voir la suite

  • 2914968043

  • Du Croquant