• Les mathématiques dans la cité
Les mathématiques dans la cité

Les mathématiques dans la cité

Les textes présentés dans ce volume posent quelques jalons d'une exploration des différents niveaux d'implication des ma thématiques dans les affaires du monde. De la Renaissance à nos jours, on voit se tisser les intrications entre la conceptualisation des mathématiques et le contexte de leur élaboration, contexte géographique, économique, politique. On reconnaît la fécondité d'échanges culturels souvent ignorés entre les milieux concernés. On constate enfin le rôle joué par certaines personnalités hors du commun pour promouvoir des découvertes importantes ou les faire adopter par les milieux concernés. Ce livre apporte une confirmation éclatante du rôle médiateur que peut jouer l'histoire des sciences à l'intersection des différents champs de la culture et de ses acteurs. Extrait du livre: Dans un caisson d'un plafond du Palazzo Vecchio de Florence, un bois peint de Giorgio Vasari (1565) représente Côme Il' étudiant le plan de fortification de Sienne le compas à la main. Sur la table, une maquette de la ville réalisée pour lui par un artisan doit lui servir à évaluer les points faibles des murailles. Cette image frappante donne à réfléchir sur la relation étroite existant à la Renaissance entre le Prince, la ville et les mathématiques. L'art militaire nouveau tel qu'il se développe à la fin du XVe siècle nécessite en effet un recours constant à la géométrie et à l'arithmétique, pour la mise en ordre de bataille de troupes de plus en plus nombreuses, pour la balistique, pour les sièges mais surtout pour fortifier les places. Un ingénieur militaire, Iacomo Lanteri, dans l'avertissement au lecteur d'un de ses livres le formule on ne peut plus clairement: Il ne fait aucun doute que parmi les opérations qu'entreprennent les Princes pour la conservation de leurs États, les fortifications des Villes et des Châteaux, constituent les meilleurs investissements qui se puissent être, puisque les Princes dépendent de celles-ci pour sauver leurs peuples et leurs états. Cette leçon fut appliquée plus d'une fois. En Italie, par exemple, les fortifications modernes ajoutées au château Saint Ange n'ont pas sauvé a ville, certes, mais en 1527, elles ont sauvé la vie du pape car aucun lansquenet du Duc de Bourbon ne se serait risqué à prendre d'assaut un si formidable ouvrage. Dans les Flandres, la reconstruction systématique des fortifications urbaines sur le mode de la «trace à l'italienne» eut raison des efforts et des finances du Roi d'Espagne. Les villes protégées par les mathématiciens ne pouvaient pratiquement plus être prises et nécessitaient des sièges longs et coûteux. La Renaissance inscrit donc le travail des ingénieurs au coeur de la cité. Trois temps d'analyse s'imposent pour le démontrer plus avant. Voir la suite

  • 284292181X

  • Presses Universitaires Vincennes

  • Culture Et Societe