• Transmissions
Transmissions

Transmissions

« Il y a 60 ans, la guerre d'Indochine faisait rage, la guerre oubliée puisque d'autres ont suivi, hélas ! Ce récit adop te le point de vue de pupille de la nation. La guerre conduit des militaires au combat. Ils sont jeunes. Leurs femmes elles aussi sont jeunes et leurs enfants petits. Cela fait des morts, des veuves, des enfants orphelins. Ces derniers sont les victimes collatérales dont on ne parle jamais. La nation assure une protection aux enfants, en les adoptant : ce sont les pupilles de la nation. On entend, ici et là, encore aujourd'hui que la guerre se fait en Afghanistan : « ils ont trouvé la mort, certes, mais, en signant un engagement, ils savaient à quoi s'en tenir ». Dans toute profession, on signe un contrat, pourquoi les militaires sont-ils les seuls auxquels on reproche, avec cynisme, d'avoir signé pour mourir ? Ils signent pour vivre, au contraire : il faut assurer sa subsistance. A la différence des autres, ils s'engagent pour un idéal qui peut leur coûter la vie. » - Danièle Floc'h Gentric Danièle Floc'h Gentric est Professeur de lettres modernes retraitée. Hémiplégique après un AVC, l'immobilité à laquelle elle est condamnée l'a rapprochée de son père, mort alors qu'elle n'avait que 13 ans. Il était chiffreur dans l'armée de terre. Jeune sous-officier, au moment de la guerre d'Indochine, il a dû quitter femme et enfant pour aller « servir » deux ans, à Hanoï. Ce récit témoigne du courage de cet homme pendant les dix années où la maladie, la tuberculose, ne l'a pas lâché. Aujourd'hui grand-mère, Danièle Floc'h Gentric a voulu passer le témoin pour que chacun s'inscrive dans une histoire. Puisse ce livre apporter réconfort aux pupilles de la nation d'aujourd'hui. Voir la suite

  • 2754713603

  • Du Pantheon Eds