• Le courage des oiseaux
Le courage des oiseaux

Le courage des oiseaux

«... c'est un livre qu'on n'en finit pas de méditer...» Yves Bonnefoy «... Je suis plongé dans l'émerveillement, entre l es "textes d'enfants" et "l'enfant perdu dans la langue" qui se correspondent si justement malgré la différence des registres. Le courage est aussi le vôtre... C'est un beau livre, unique malgré ou grâce à cette multiplicité de structures croisées... Ce que vous faites là est exemplaire...» Jacques Derrida Extrait du livre : Que ce soit depuis Rimbaud: «trouver une langue... de la pensée qui tire et qui accroche de la pensée... auteur créateur, cet homme-là n'a jamais existé... on en a vu tant d'autres s'attribuer eux-mêmes leur propre progrès intellectuel...» ou Mallarmé: «ton acte s'applique toujours à du papier car penser sans cela devient évanescent... chacun recrée avec son ouïe et sa vision... avérer avec des réminiscences que l'on est bien là où l'on doit être», ou Van Gogh: «limer ce mur qui sépare ce que l'on sent de ce que l'on peut», ou Bataille: «l'encre change l'absence en intention», ou Proust pour qui la sensation naît de ces «épaves naufragées de l'intelligence», l'expérience moderne de l'écriture est de sortir de l'illusoire maîtrise par les idées ou l'intelli­gence pour retrouver le rythme des éprouvés. Il y a «éprouvé» dès que la mémoire effectivement vécue retraverse et retrouve des mots effectivement prononcés. Ici, naturellement le déploiement du langage en signes et en spatialité du corps, du temps vécu dans le rythme s'oppose au sens comme aux idées ou aux concepts tels qu'ils dépossèdent celui qui parle de son point de départ. Le maître n'apprend pas comment il faut faire, il laisse entendre seulement que c'est possible, il est plus dans une attitude d'accompagnement corporel que de démonstration; il libère des énergies prisonnières de l'angoisse parfois seulement en laissant entendre le son de sa voix. Car comment faire quelque chose de l'angoisse dans laquelle sont la plupart du temps ces enfants, les privant de toute énergie mobilisable, si ce n'est en les aidant à se mobiliser dans des champs symboliques où se réinscrivent leurs potentialités de penser. La lecture et l'écriture sont alors une transition incluse au champ de l'autre tel qu'il assume une coupure et une médiation d'avec un imaginaire persécuteur ou tout-puissant. Sortir de la position de maîtrise ce n'est pas retrouver rien, c'est éprouver alors à la lettre et au pied du mur ses capacités propres telles qu'on s'en estime digne. Car le drame de ces enfants est dans ce rejet. Voir la suite

  • 2876613158

  • Comp'act Eds

  • Morari