• L'île des esclaves à 1,55 euros
L'île des esclaves à 1,55 euros

L'île des esclaves à 1,55 euros

Marivaux n'est pas seulement le magicien des ravissements, des confusions et des conspirations amoureuses. Notre siècle, qui a le goût des paraboles sociales, redécouvre ses pièces en un acte, comme cette Colonie subversive où les femmes ont l'idée de prendre le pouvoir. L'Île des esclaves est aussi une utopie, entre la fable philosophique et la comédie à l'italienne. Sur l'île de « nulle part », deux couples de maîtres et d'esclaves échangent leur condition le temps d'un « cours d'humanité ». Le serviteur se donne trois ans pour corriger le seigneur de sa barbarie et de sa superbe, trois ans pour le rendre humain, sensible et généreux. Venu d'une époque qui ne connaissait pas la lutte des classes, ce conte étonne par son amertume et sa souriante cruauté. Pierre Carlet de Marivaux est né à Paris en 1688. Il se lance dans l'écriture et après deux romans d'un réalisme saisissant, décide de se consacrer au théâtre. Créée en 1725, L'île des esclaves met en scène à travers la relation maître-serviteur à la fois les caractéristiques de l'utopie et de la comédie de mours. Parmi ses chefs-d'ouvre, on compte La Surprise de l'amour (1722), La Double inconstance (1723), Le jeu de l'amour et du hasard (1730) ou encore Les fausses confidences (1737). Loin de se complaire dans le « marivaudage », comme lui ont reproché certains de ses contemporains, Marivaux est un observateur lucide des travers sociaux de la société, qu'il se plaît à traduire dans la relation maître-serviteur de ses pièces. Il est élu à l'Académie française en 1742 et décède à Paris en 1763. Voir la suite

  • 2266161091

  • Pocket

  • Pocket Classiques, numéro 12364

  • Pocket Classiques, numéro 12364