• Selfies
Selfies

Selfies

Moi à l'orgue dans une crypte, moi éprise d'un chien (je n'aime pas les chiens), moi subissant une déconvenue dans un ca fé branché de Tokyo, moi en auteur, moi en professeur, moi découvrant que ma famille n'était pas tout à fait ce que je pensais... Aventures et mésaventures, joies et chagrins, tout peut faire aujourd'hui l'objet d'un selfie. On se photographie sous toutes les coutures et vite on partage avec ses « amis », connus et inconnus, sur les réseaux sociaux. Notre époque a l'oil rivé sur le miroir, et le moi a carrément pris le pas sur tout le reste. Sylvie Weil figurait déjà comme narratrice dans les grandes sagas familiales qu'étaient ses deux précédents livres, Chez les Weil et Le Hareng et le Saxophone. Cette fois, elle a décidé de s'appuyer sur ces nouveaux usages pour se livrer à un exercice original: le selfie littéraire. Mais elle le fait à sa façon. Pas nécessairement glamour, et sans craindre le ridicule ni oublier de se moquer d'elle-même... Cette somme de textes compose une forme très nouvelle d'un genre universel : l'autoportrait. Sylvie Weil est la fille du mathématicien André Weil et la nièce de la philosophe Simone Weil. Elle est née aux États-Unis et a grandi à Paris. Elle a enseigné la littérature française dans plusieurs collèges américains. Écrivain, elle a publié des nouvelles (À New York, il n'y a pas de tremblements de terre), des romans (Le jardin de Dima, Les Vendanges de Rachi) et des ouvrages pour la jeunesse. Elle a publié chez Buchet/Chastel Chez les Weil (2009) et Le Hareng et le saxophone (2013). Voir la suite

  • 2283028795

  • Buchet-Chastel

  • Qui Vive