• Globalisation, le pire est à venir
Globalisation, le pire est à venir

Globalisation, le pire est à venir

Depuis la chute du Mur, la globalisation a déchaîné des forces d'autant plus indomptables qu'elles ne sont pas régulées de manière coopérative et qu'elles sont devenues le champ clos de tous les égoïsmes. En 2007, la crise des « subprimes » a mis en lumière l'extrême fragilité du système financier international : des milliers de milliards de dollars se sont évaporés en quelques jours. Cette crise, minuscule manifestation de la folie d'un monde où l'argent coule à flots, n'est sans doute que le premier signal annonciateur de plus grands bouleversements. Dans tous les domaines. Bien des mécanismes de cet engrenage sont connus : batailles pour le contrôle de l'énergie, des technologies et des matières premières ; effondrement annoncé du dollar ; creusement des inégalités au Nord comme au Sud ; tension sino-américaine ; retour annoncé des États-nations, dont certains sont plus proches de la dictature que de la démocratie, sur fond d'institutions internationales défaillantes. L'originalité de cet ouvrage est de montrer comment la convergence de ces forces centrifuges pourrait faire imploser la globalisation, énorme machine à prendre du revenu aux uns pour le redistribuer aux autres. Les auteurs expliquent l'imbrication de cinq caractéristiques majeures qui risquent de faire dérailler la globalisation : une machine inégalitaire qui mine les tissus sociaux et attise les tentations protectionnistes ; un chaudron qui va épuiser les ressources rares, inciter aux politiques d'accaparement, accélérer le réchauffement de la planète et les dérives environnementales ; un laboratoire à fabriquer du risque financier et de l'irresponsabilité bancaire ; un moteur à implosion pour le système monétaire international ; une centrifugeuse qui peut faire exploser l'Europe. Voir la suite

  • 2707154598

  • La découverte

  • Cahiers libres

  • Cahiers libres